lundi, octobre 21, 2013

« L’heure n’est plus à l’habileté, mais au courage politique », Interviews

Pierre Moscovici assure que la reprise est là, mais regrette la défiance des ménages comme des entreprises sur l’économie française. Comment expliquez-vous cette situation ? Les Français sont désorientés et expriment un ras-le-bol fiscal. Les dirigeants d’entreprise disent exactement la même chose. Il y a aujourd’hui un problème de compréhension de la politique économique qui est menée. Il y a trop de zigzags. Il y a une instabilité juridique forte. Tout cela nourrit immanquablement la défiance, qui peut conduire à l’exaspération... Suite...

En savoir plus.



- Dépenses publiques


- Pierre Pringuet

Un gouvernement n'a que trois moyens de financer la dépense publique; en direct par la taxation de ceux qui peuvent en produire, en empruntant sur les marchés aux épargnants, ou en créant de la monnaie à partir de rien. Le gouvernement use des trois - la BCE achetant des obligations d'état. Mais comme les deux derniers ont des limites , que le gouvernement s'est engagé à réduire le déficit à 3%, et qu'il ne peut ou ne veut pas réduire les dépenses, il n'a pas d'autre choix que d'accroître la fiscalité; les impôts et taxes s'aggraveront encore en 2014 pour tous ceux qui sont capables de payer des impôts. Il n'y a que deux catégories de citoyens, ceux qui produisent les taxes et ceux qui les consomment.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.