27/02/2013

Stéphane Hessel est mort:je me rappelle opuscule "indignez vous"

Quatorze pages au format A5 de ce petit livre de Stéphane Hessel "Indignez-vous" publiées par les éditions "Indigènes", est encore un excès médiatique et commercial. L'indignation me paraît juste dans le contexte de crise économique et social de 2011; mais l'appel au retour au programme du Conseil National de la Résistance de 1944 suivi d'un soutien à Martine Aubry et au PS est passéiste et partisan. À la différence de la déclaration universelle des droits de l'homme à laquelle Hessel se réfère aussi, le programme du CNR est un programme de circonstances propres à la France. Suite...
- En savoir plus sur Stéphane Hessel
- Stéphane Hessel, au Festival du livre 2011 de Mouans-Sartoux
- La vie de Stéphane Hessel s’appelle "Résistance" t | Jean Pierre Chevènement
- Décès de Stéphane Hessel | l'Internaute

3 commentaires:

  1. Le problème avec "l'indignation" de Stéphane Hessel est sa sélectivité. Comme celle de tous les "penseurs" de gauche d'ailleurs. Paix à se cendres, certes, mais les dévotions, c'est un peu beaucoup. Maintenant, si l'on souhaite prendre une posture bien pensante, sans se soucier de la réalité, allons-y mes frères. Sur que ça rendra le monde meilleur, surtout pour les bogos. Pendant ce temps ses amis politiques tentent de massacrer intellectuellement un journaliste qui a eu le mauvais goùt d'écrire un ouvrage de témoignages dérangeants pour la gochitude "La France orange mécanique". L'ouvrage n'invente rien et ne fait que relater des faits officiels. Mais comme il fait froid dans le dos, certains "s'indignent" contre et gueulent comme des hyènes contre son auteur. Cela m'indigne, moi, et pas la littérature misérabiliste de Hessel qui a même voulu se faire passer pour un juif qu'il n'est pas, d'ailleurs, selon les vrais .

    RépondreSupprimer
  2. Dans le même registre voir ici la chronique nécrologique de Stéphane Hessel par le Financial Times ce 3 Mars 2013 (lien).

    RépondreSupprimer

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.