24/04/2008

Thibet: Des soldats chinois qui se déguisent en moines: Intox ou vrai? ou les excès de l'Internet

1 commentaire:

  1. c'est en fait vrai et faux.
    vrai probablement, l'interview du moine "collabo" après les émeutes doit en être l'illustration

    faux car la video et les photos présentées sont extraites d'un film tourné bien avant, et dont c'est le "make of"...

    cette photo date de 2003 et est
    extraite du tournage d'un film.
    voir ci-dessous

    Regardez bien cette photo « Soldats chinois déguisés en moines ».

    Elle circule beaucoup sur le
    Net, avec le commentaire : « Londres - 20 mars - Le GCHQ, l'agence
    gouvernementale de communications qui surveille électroniquement la moitié
    du monde depuis l'espace, a confirmé l'accusation du Dalaï Lama, selon
    laquelle l'Armée Populaire de Libération chinoise, déguisée en moines, a
    provoqué les émeutes qui ont tué ou blessé des centaines de Tibétains... »
    La photo accusatrice

    Cette photo est censée le prouver, et elle a donc indigné beaucoup de
    gens. Maintenant, regardez attentivement cette photo, et jouons au jeu des
    sept erreurs...

    Les 7 erreurs...
    1. Avez-vous déjà vu une « photo - satellite » prise avec un tel angle
    de vue ?
    2. On nous dit que les soldats se déguisent en moines pour jouer les
    agents provocateurs. Sont-ils assez stupides pour mener une telle opération
    secrète en pleine rue ?
    3. On nous dit que la photo est récente, juste avant les événements.
    Qu'est-ce qui le prouve ?
    4. J'ai interrogé un ami connaissant le Tibet. Il dit que cette photo ne
    peut avoir été prise ce 14 mars, sous un soleil printanier, car le printemps
    n'est arrivé que le 21 mars cette année au Tibet.
    5. Il me dit aussi que les toits des vélo - taxis de Lhassa ont changé
    de couleur à partir de 2005.
    6. Il dit également que ces uniformes des policiers ne sont plus
    utilisés depuis longtemps.
    7. Il fallait donc mener une petite enquête qui nous a fait découvrir
    une toute autre version...

    Mais alors d'où vient-elle ?
    En réalité, la photo date de 2003. Lors du tournage d'un film, les
    moines ont refusé de jouer les figurants. Ce sont donc des soldats qui en
    ont été chargés, et ils reçoivent ici leurs uniformes de figurants. Pratique
    courante là-bas, semble-t-il. En tout cas, rien à voir avec les récentes
    images TV montrant des moines exercer des violences et détruire des magasins
    à Lhassa.
    Bon, ça semblait tellement gros qu'il fallait quand même vérifier. Eh
    bien, en fait, vous pouvez trouver confirmation sur... le site
    pro-indépendantiste qui diffuse la photo 'accusatrice' :
    http://buddhism.kalachakranet.org/chinese-orchestrating-riots-tibet.htm

    La photo y est sous-titrée : This is not an uncommon 'tactical move'
    from the Chinese government, as could be seen on the back-cover of the 2003
    annual TCHRD Report
    This photo was apparently made when monks refused to play as actors in a
    movie, so soldiers were ordered to put on robes. (Ceci n'est pas un
    'mouvement tactique' inhabituel de la part du gouvernement chinois, comme on
    peut le voir sur la couverture arrière du rapport 2003 du Tibetan Centre for
    Human Rights and Democracy. Cette photo semble avoir été prise lorsque des
    moines ont refusé de jouer dans un film, de sorte que des soldats ont reçu
    instruction de porter ces robes.)
    Interrogé sur cette manipulation, le webmaster du site a répondu qu'il a
    quand même associé la photo au texte accusant les Chinois « afin de montrer
    le genre de leurres que les Chinois ont utilisé dans les émeutes récentes ».
    Chacun appréciera cette déontologie journalistique.
    Ensuite, toutes sortes de groupements ont purement et simplement
    supprimé ce commentaire pour faire croire que la photo était récente et
    qu'il s'agissait d'une conspiration de l'armée chinoise. Depuis, la photo
    fait le tour du monde...

    "Photos - satellites" ? Ce n'est pas la première fois...
    1. Ce n'est pas la première fois qu'on prétend nous démontrer la vérité
    avec des photos - satellites. En 1990, les Etats-Unis ont prétendu disposer
    de photos - satellites (qu'ils n'ont jamais montrées) « prouvant » que
    Saddam Hussein allait envahir l'Arabie Saoudite. Ce truc de diabolisation a
    joué un grand rôle pour manipuler l'opinion. J'ai analysé ce médiamensonge
    dans mon livre Attention, médias ! (page 21)
    2. En 2003, les Etats-Unis ont diffusé des photos - satellites «
    prouvant » que l'Irak possédait des armes de destruction massive.
    3. Plus récemment, ils ont récidivé contre l'Iran (taisant le fait
    qu'Israël possède deux cents têtes nucléaires illégales).

    Une image peut-elle mentir ?
    C'est donc le moment de rappeler qu'on peut mentir avec des images. Sans
    parler des techniques graphiques actuelles, de grands cinéastes comme Chris
    Marker ont brillamment démontré comment un commentaire peut faire dire
    n'importe quoi à une image et sembler crédible. En fait, l'image elle-même
    ne nous dit pas :
    1. Quand et où elle a été prise.
    2. Ce qu'elle montre vraiment.
    3. Ce qu'elle cache (à côté, avant, après...)

    Tous, nous nous sommes déjà fait piéger par de telles images dans le
    passé. Certes, chacun se fera son opinion sur la question du Tibet en
    essayant de vérifier les deux versions, en étudiant les intérêts en jeu des
    deux côtés, notamment de George Bush que le Dalaï Lama admire tant. Mais en
    tout cas nous avons droit à une info non manipulée. Nous suggérons aux
    personnes qui ont diffusé cette image de diffuser aussi le rectificatif.
    Merci pour votre attention.

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    D'autres articles Tibet sur www.michelcollon.info

    voilà, dans quel monde nous vivons...

    RépondreSupprimer

Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-après: propos racistes, attaques et invectives personnelles.